“Aujourd’hui, c’est plus difficile d’être contestataire”

C’est dans un lieu hautement symbolique pour l’engagement à Liège que nous avons rencontré Bruno Frère, professeur en sociologie de l’association qui porte un intérêt particulier aux mouvements sociaux. Le quartier de Pierreuse est célèbre pour avoir accueilli toutes les grandes manifestations liégeoises. Dans les locaux de Barricade, libraire qui abrite une littérature engagée, ce chercheur s’ exprime sur son parcours et sur son intérêt pour le militantisme. Il expose d’ailleurs ses idées dans de multiples ouvrages tels que Le Nouvel esprit solidaire ou encore Economie Solidaire et imaginaire de la pratique dans la mouvance alter-mondialiste. En effet, de nouvelles formes d’expression ont vu le jour ces dernières années, et aujourd’hui, les militants s’engagent davantage dans des causes associatives. Pour vulgariser son propos, le professeur pense que l’engagement s’est individualisé et s’est rarifié à cause des évidences que les citoyens ne remettent plus en question. Même s’il est attaché à la thématique du militantisme, Bruno Frère ne se considère pas comme une personne engagée.

Aujourd’hui, il consacre son énergie militante dans l’association des parents de l’école des ses deux enfants. L’engagement selon lui ne doit pas spécialement être politique ou idéologique, mais il peut s’exprimer au quotidien dans les actions citoyennes.