Mobilisations contre la loi anti-squat

26-10-2017   Magazine

Ce 5 octobre a été votée une loi criminalisant l’occupation illégale de bâtiments vides ou « squats », des militants tentent de faire entendre leur colère contre cette loi jugée discriminante à travers diverses actions et mobilisations.

« Avec ou sans papiers, avec ou sans loyers, solidarité avec les expulsés ! » nous sommes le 21 mars 2017, une centaine de personnes sont dans la rue pour réclamer un logement pour toutes et tous. L’ambiance est festive. La manifestation spontanée se termine dans une petite rue proche du parlement européen, tout le monde s’arrête. Une fenêtre s’ouvre et une banderole s’en échappe, les militants crient, applaudissent, c’est la fête.

 

Ce jour là, R. , militant pro-squat s’en souvient, il s’agissait de la première mobilisation « contre la loi anti-squat », votée ce 5 octobre 2017. Malgré cela, la mobilisation continue. « On sait que la loi a été votée et qu’il y a peu de chance qu’ils reviennent en arrière, nous avoue-t-il, mais on refuse de laisser passer sans rien faire, encore une fois. » . « Cette loi vise à criminaliser le squat avec de possibles peines de prisons alors qu’il y a 15.000 logements vides à Bruxelles et que des tas de gens dorment dans la rue, c’est vraiment honteux »

 

 

« Avant cette loi, le fait d’occuper un bâtiment n’était pas punissable par la loi, seulement l’effraction. ça va devenir vraiment compliqué pour nous » nous explique R. « De plus, la loi vise aussi à rendre l’expulsion plus simple avec des préavis beaucoup plus courts, en gros, pour les gens qui n’ont pas les moyens de se loger, ce sera la rue ou la prison. »

 

 

Le 1er novembre, ces militants descendront encore une fois dans la rue pour revendiquer leur droit à occuper des bâtiments vides.

Pour aller plus loin :

 

https://piratonsbxl.noblogs.org/

https://squatbelgium.noblogs.org/

Toutes les images utilisées dans cet article sont libres de droits.

Ecole Universitaire de Journalisme de Bruxelles - ULB © 2020