Laurence Brogniez, la recherche au service des mots

Véritable « lectrice boulimique », Laurence Brogniez est amoureuse des mots. Depuis toujours, le livre fait partie de son quotidien. Un quotidien dédié également à la recherche et au monde académique. Mais au fil des années, une autre envie est venue se greffer : le désir d’apprendre aux autres.

 

C’est lors de ses études en philologie romane à l’Université Libre de Bruxelles que Laurence Brogniez découvre pour la première fois l’univers de la recherche. Parmi ses thèmes de prédilection, les femmes et la critique ainsi que les peintres écrivains. Elle est d’ailleurs à l’origine de la création de la base de données Pictoriana, consacrée aux écrits d’artistes.

 

La question de l’engagement a toujours fait débat. Pour Laurence Brogniez, l’engagement commence déjà dans le choix des sujets, que ce soit pour les écrivains ou encore les journalistes.

 

Depuis quelques années, la filière romane et celle en Information et communication travaillent en collaboration dans la production d’un Mook. Laurence Brogniez, au côté de Florence Le Cam, accompagne les étudiants des deux sections dans ce partage de connaissances autour de l’écriture.

 

Des projets, Laurence Brogniez en a encore plein tête. En ce moment, c’est la ville de Bruxelles qui l’occupe. Des gens de disciplines différentes telles que l’histoire de l’art, la sociologie ou encore l’architecture, participent à cette initiative. Une aventure qui bouleversera, elle en est sûre, toutes ses perspectives sur la littérature.

 

Sophie Dieryck et Maria Bemba 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *