Tinder s’immisce dans les élections communales

11-10-2018   Magazine
Par Martin Muller

Alors que la bataille électorale fait rage à l’approche des élections communales, les candidats rivalisent d’ingéniosité pour gagner des votes, quitte à utiliser des biais insolites tels que Tinder.

Le monde se modernise, la politique aussi. En effet, les dernières élections démontrent que de nos jours, les réseaux sociaux en disent bien plus sur les intentions de vote que l’ancestrale sondage téléphonique. Les partis possèdent désormais tous des comptes facebook et/ou twitter.

Certains vont plus loin, deux candidats ont choisis Tinder pour faire campagne. Laurent Bonfond, 18ème de la liste MR d’Ixelles s’est lancé en septembre sur l’application de rencontre. L’idée est simple, faire d’un profil Tinder une page électorale avec photo de campagne à l’appui, sur lequel n’importe quel coeur solitaire peut tomber. »Le but était d’être innovant, de faire parler » avoue-t-il, mais aussi « d’offrir de la visibilité chez les jeunes dans des zones délimitées ».

Selon Laurent « ça marche plutôt pas mal, j’ai beaucoup de matchs et d’échanges avec les électeurs », même si la plupart des Ixellois interrogés prennent ceci à la rigolade. Par exemple, Marine, 27ans trouve ce procédé « loufoque et peu crédible ».

La candidate des Ecolos Diane Auchapt s’est aussi attelée à la séduction des électeurs. Même procédé utilisé, « j’ai été très explicite quant à la visée politique du profil, j’ai inclus des liens renvoyant vers notre programme politique » nous explique-t-elle.

Néanmoins, la différence est que Diane n’accorde aucun « match ». Et ce afin « de ne pas causer d’incompréhensions ». Démarche qui semble l’avoir désavantagé car son profil a été supprimé après une semaine d’existence, alors que celui de Laurent subsiste depuis presque 2 mois.

Vers une « Tinderisation » de la politique ?

Il est vrai que les règles d’utilisation de Tinder restent floues à propos des démarches électorales, mais il est évident que l’application surfe sur la vague. Tinder fait dans la politique, et a même mis en place la fonctionnalité « swipe the vote » lors de certaines élections. L’idée peut prêter à sourire mais pourrait à long terme devenir une alternative crédible.

En tous cas, peu importe votre orientation politique ou sexuelle, vous trouverez sûrement votre bonheur sur Tinder.

Ecole Universitaire de Journalisme de Bruxelles - ULB © 2020