Au potager de la Héronnière, on veille au grain

24-11-2016   Magazine
Situé entre blocs de béton et écrin de nature, le potager urbain de la Héronnière voit pousser des légumes depuis presque 40 ans. Une initiative citoyenne des habitants de la commune bruxelloise de Watermael-Boitsfort.

Au coeur du parc de la Héronnière à Watermael-Boitsfort, une petite allée de terre mène à l’entrée d’un potager. Ici, 24 parcelles individuelles peuvent accueillir autant de passionnés de jardinage. Ce potager urbain, qui n’avait pas de réelle organisation à sa création, a été repris en 1994 par l’Institut de Bruxelles pour la Gestion de l’Environnement (IBGE). Des géomètres y ont refait les plans et délimité les parcelles.

 

Potager de la Héronnière. Crédits : Mélodie Voué

« C’était mieux avant »

24 parterres de tailles variables. Certains font presque 100 mètres carrés. Des choux, des poireaux, des endives y poussent à l’année. 24, c’est beaucoup, « mais seules cinq ou six sont réellement entretenues », me confie Roger, qui possède son lopin de terre depuis 1979. « Les gens souhaitent acquérir des parcelles ici, mais ils travaillent et n’ont pas le temps de s’en occuper ». Le potager est en effet divisé entre plans de légumes abondants et carrés de terre vides. « L’IBGE sait que certaines parcelles sont laissées à l’abandon, mais dès que quelqu’un les appelle pour en acquérir une, ils répondent que tout est pris. C’est dommage. ».

Ici, l’entraide est de mise. Les plus anciens se font un plaisir d’aider les novices en jardinage. « Il y a de l’entraide, mais moins aujourd’hui ; les nouveaux ne parlent pas beaucoup ou alors ne viennent jamais, c’était mieux avant ». Mais pas de quoi se prendre le chou, les amitiés du début perdurent à la Héronnière.

Passion jardinage

Roger a attendu un an pour acquérir sa parcelle de sept mètres sur quinze et depuis, il y passe deux ou trois heures par jour pour entretenir ses plantations de poireaux, endives ou tomates. Il n’est pas jardinier, il a tout appris sur le tas. « J’aimais le jardinage alors j’ai décidé de me lancer et ça fait presque 40 ans que je suis ici ». Il paye 28 euros chaque année pour la location de sa parcelle. Ses plantations ne lui suffisent toutefois pas à satisfaire ses besoins annuels en légumes, surtout cette année « qui a été désastreuse au niveau de la météo ». C’est avant tout pour le plaisir du jardinage. Les quelques parcelles entretenues appartiennent à des mordus de potagers, qui veillent au grain sur leurs plantations.

Nul doute que ce potager vaut la peine d’être visité, ne serait-ce que pour les conseils avisés et la gentillesse de ses jardiniers en herbe. Le potager de la Héronnière se situe en face du numéro 100 de l’Avenue de la Héronnière, à Watermael-Boitsfort.

Comment fonctionne un potager collectif ?

Ecole Universitaire de Journalisme de Bruxelles - ULB © 2020