Ce site présente les productions des étudiant.es du Master Journalisme de l'ULB.

Le parcours atypique de Caroline Schickel

09-02-2017   Datajournalisme

Caroline est une conseillère communale atypique : française de Strasbourg expatriée à Bruxelles, elle a habité en Flandre quelques temps et c’est à Etterbeek qu’elle a décidé de se lancer en politique aux côtés de Groen.

Une française expatriée

Le quartier européen est en plein effervescence durant la pause midi. Nous rencontrons Caroline dans une célèbre chaîne de restaurant bio, non loin du rond-point Schumann. Nous discutons de son parcours autour d’un café. Elle a habité pendant deux ans à Anvers, ville natale de son mari, et y a rapidement appris le néerlandais. Ils travaillaient tous les deux à Bruxelles mais les trajets en train ont vite commencé à la peser et ils se sont installé à Etterbeek. « Je voyais tous les jours Etterbeek et ses habitants et j’avais envie de me rapprocher de l’endroit où je travaillais ».

C’est là qu’elle va s’engager en politique. « Tout est parti d’une rencontre, on m’a demandé de me présenter aux Élections communales d’Etterbeek chez Groen et j’ai accepté ». Ce qu’elle aime chez Groen (et Ecolo), c’est leur ouverture à l’extérieur et le fait qu’il n’y ait pas de clivage linguistique (Ecolo et Groen sont en effet sur une liste commune). C’est aussi la représentation de la jeunesse et des femmes qui l’a poussée à entrer chez Groen, c’est d’ailleurs chez Ecolo/Groen que la représentation féminine est la plus grande (cinq femmes pour un homme). « Il faut vraiment tendre vers un rajeunissement des élus, il y a quelques années, on a travaillé avec une conseillère qui n’avait que 20 ans. Elle avait une autre vision des choses, c’était très enrichissant  ».

(Lire aussi : Le conseil communal d’Etterbeek à la loupe)

L’Europe

Toute sa carrière tourne autours de l’Europe : de Strasbourg à Bruxelles, Caroline Schickel a bien l’intention de participer à la construction de l’Europe. « En tant qu’Alsacienne, c’est ancré dans mes racines, je voulais apporter ma pierre à l’édifice. J’ai hésité dans mes études entre le journalisme, la sociologie et la communication politique européenne que j’ai finalement choisie ». Mais toutes ces disciplines se sont finalement rejointe dans sa vie, ayant toujours été intéressée par le journalisme, elle est rédactrice en chef de la revue interne du Conseil.

Son rôle de conseillère communale en quelques mots : donner son avis sur les décisions qui sont prises et qui impactent concrètement le quotidien des gens. Il est encore trop tôt pour penser aux prochaines élections en 2018 mais une chose est sûre, l’objectif est dès lors de continuer l’aventure.

Sarra El Massaoudi, Natacha Fayt, Lola Fourt et Aurian Lurquin

Ecole Universitaire de Journalisme de Bruxelles - ULB © 2020