Les propos de François Bellot passés au crible

22-12-2016   Décodage
François Bellot, ministre de la Mobilité dans l’émission « Matin Première » de ce mardi 20 décembre.

François Bellot, ministre de la Mobilité était l’invité de Matin Première ce mardi 20 décembre. Interview lors de laquelle plusieurs sujets ont été abordés : la désignation de Sophie Dutordoir comme nouvelle patronne de la SNCB, les retards des trains, mais aussi l’éternel dossier du survol de Bruxelles. Retour sur ses propos.

« Près de la moitié des incidents en ligne [sur le réseau ferroviaire] sont dus à des éléments extérieurs : des personnes sur les voies, des suicides et des actes de vandalisme ».

C’EST VRAI

Si beaucoup attribuent les nombreux retards des trains de la SNCB au manque de coordination et de communication entre Infrabel et la SNCB, les chiffres de 2016 à ce sujet démontrent le contraire. En effet, entre janvier et octobre 2016, la responsabilité dans les retards des trains est attribuée dans 42,07 % des cas à des tierces personnes. Ces chiffres publiés par Infrabel viennent donc confirmer les propos du ministre de la Mobilité, François Bellot.

Responsabilité dans les retards des trains en 2016 Create pie charts

 

Chiffres Infrabel

  Au sujet du plan de survol de Bruxelles et des pistes utilisées à Zaventem en fonction des vents, le ministre de la Mobilité a déclaré :  

« J’ai pris la décision de demander un audit, ce qui ne c’était jamais fait au cours des dix dernières années par aucun des ministres ».

LIRE AUSSI

C’EST VRAI, MAIS …

 François Bellot a demandé un audit sur l’utilisation des pistes de l’aéroport pour vérifier si ce sont bien des questions de sécurité comme l’orientation des vents qui dictent les choix d’une piste par rapport à l’autre. Il est bien le premier ministre à avoir demandé cet audit. D’autres de ses prédécesseurs ont déjà réclamé une procédure similaire, mais ces audits ne portaient pas sur ce sujet. Il faut cependant savoir que cet audit a été réclamé par le ministre de la Mobilité en raison de l’incident du 5 octobre dernier où deux avions avaient manqué de peu de se percuter. L’audit a démontré que lors cet incident belgo contrôle respectait l’instruction de décembre 2013 sur le choix des pistes en fonction des vents. En revanche, cette procédure de choix n’est pas toujours appliquée de manière systématique. Les premiers résultats montrent une surutilisation de la piste 01.  

Charlotte BOCCART et Pauline MARTIAL

Ecole Universitaire de Journalisme de Bruxelles - ULB © 2020