Bilan sur le tabac en cinq questions clés

11-02-2016   Décodage

Le vice-président du principal syndicat de médecins en Belgique (ABSyM), Roland Lemye, propose d’interdire la consommation de tabac à domicile pour protéger les enfants. Une interdiction qui s’ajouterait à de nombreuses autres déjà applicables en Belgique.

LIRE AUSSI : « Protéger les enfants en interdisant de fumer à la maison »

Quelles sont les interdictions mises en place en Belgique ?

De 1976 à 2016, la loi contre le tabagisme n’a cessé d’évoluer chez nous. « En 40 ans, l’interdiction s’est en effet étendue à plusieurs secteurs », explique Jean-Ferdinand Puyraimond, avocat notamment spécialisé dans le droit de la protection de la vie privée. Des transports publics aux bars et restaurants, en passant par les lieux de travail, l’interdiction tend à se généraliser.

Et qu’en est-il chez nos voisins ?

En 2004, le petit royaume himalayen du Bhoutan devenait le premier pays au monde à bannir totalement le tabac, et il est toujours le seul à appliquer une telle mesure aujourd’hui. Fumer à l’intérieur des logements est par contre déjà interdit dans certaines villes américaines. A Melbourne ou à Tokyo, la cigarette est prohibée au sein des parcs, plages et de certains quartiers, tandis qu’en Corée du Sud, une proposition de loi vise à interdire de fumer à son domicile. Plus près de chez nous, en France, fumer à l’intérieur de son véhicule en présence d’enfants est désormais interdit. La Suisse est en outre le seul pays à ne pas avoir ratifié la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac de 2005.

En Belgique, les interdictions sont-elles respectées ?

Selon le SPF Santé publique, le nombre d’infraction est en baisse, grâce à des contrôles ciblés dans les cafés. L’interdiction de fumer dans les lieux publics a en effet été mieux respectée en 2015 que l’année précédente dans les bars, mais pas dans les casinos et salles de jeux. Des résultats qui s’expliquent par la récente mise en place de peines plus sévères à l’égard des cafetiers qui autorisent leurs clients à fumer à l’intérieur de leur établissement. Depuis mai 2014, le montant maximum des amendes est passé de 1800€ à 6000€ et les cafetiers pourraient être contraints de fermer leur commerce pour une durée de six mois.

LIRE AUSSI  : On continue à fumer dans 15 % des cafés

 Existe-t-il d’autres mesures pour lutter contre le tabagisme ?

A l’instar de l’Australie, le paquet neutre fera bientôt son apparition dans certains pays d’ici plusieurs mois. Sont concernés la Hongrie, la France, le Royaume-Uni, le Canada et l’Irlande. Des emballages qui arborent les mêmes couleur, forme, taille et lettrage mais dont le logo est absent. Seul le nom de la marque différenciera les paquets de cigarettes.

L’adoption des paquets de cigarettes neutres à travers le monde.

Une alternative qui semble porter ses fruits. Entre 2010 et 2013, le taux de tabagisme a fortement diminué chez les jeunes australiens, passant de 15,1 % à 12,8 %. Au Canada, une étude a même démontré que ces nouveaux emballages banaliseraient le prestige social habituellement lié à certaines marques.

LIRE AUSSI : Le Canada se prépare aux paquets de cigarettes neutres

Autre mesure qui dissuade les consommateurs : la hausse des prix. Si le prix varie d’une marque à l’autre, il faut par exemple compter 11€ pour un paquet de cigarettes au Royaume-Uni. En Belgique comme au Canada, les prix varient entre 5 et 7€, tandis qu’en Australie, il faut souvent débourser plus de 12€.

Le tabac, à quel prix ?

2015. Une année record pour les taxes et les accises du tabac selon une première étude réalisée par les universités de Gand et de la VUB. Si le tabac a rapporté 3 milliards d’euros au ministère des Finances, il coûte néanmoins la moitié à l’Etat. Cependant, le nombre de cigarettes vendues a nettement diminué par rapport à 2014 pour atteindre 10,64 milliards, c’est-à-dire, 173 millions de moins qu’en 2014. Une solution soutenue par plusieurs experts serait d’augmenter le prix du tabac pour qu’il y ait une réelle diminution de la consommation.

LIRE AUSSI : Le tabac coûte au moins 1,5 milliard

Aline Rodrigues et Mathilde Leflot

Ecole Universitaire de Journalisme de Bruxelles - ULB © 2020