Entre arrestations et entraides : voici le quotidien des migrants du parc Maximilien

23-11-2017   Magazine

Le parc Maximilien à Bruxelles est devenu un lieu symbolique de rassemblement pour les migrants et les bénévoles de plusieurs associations. Chaque soir, c’est le même rituel.

Il est 20h à l’horloge de Bruxelles. Une trentaine de personnes sont déjà réunies au parc Maximilien. Comme tous les soirs, depuis plus de trois ans, ce sont des migrants qui espèrent trouver un logement pour la nuit, ainsi qu’un peu de nourriture. Des bénévoles circulent pour les aider à trouver la famille qui va les accueillir pour un ou plusieurs soirs. La Croix Rouge a installé un stand où nourritures et boissons sont distribuées. Yasin, venu du Maroc dans l’espoir de trouver un travail en Belgique, témoigne : « Je suis là depuis 20 jours. Parfois, je dors dans la rue ou parfois je trouve de la place dans les familles. Les gens qui viennent ici sont très gentils [tout comme] les familles  ». Ces solutions offertes aux migrants ne sont que temporaires, en attendant l’obtention de papiers réglementaires, d’un logement et d’un travail.

Il n’y a pas assez de centres d’accueil sur Bruxelles pour recevoir un nombre de migrants qui ne faiblit pas.

Chiffres d’octobre 2017 du Commissariat Général aux réfugiés et aux apatrides
Infogram

Evolution du nombre des demandes d’asile en Belgique
Infogram

Durant le mois d’octobre, les arrestations se sont faites nombreuses. Le Mouvement Ouvrier Chrétien (MOC) demande l’arrêt immédiat de ce qu’il qualifie de « rafles de migrants ».

« Le gouvernement ? Il ne fait rien. En dehors des arrestations aujourd’hui, il n’y a rien, confit Mehdi Kassou, porte-parole du mouvement Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, témoin de ces arrestations quotidiennes. Il y a le Plan Hiver fédéral qui est mis en œuvre chaque année et qui consiste à offrir un abri à tout le monde. Mais aujourd’hui, pour avoir assisté au calcul du nombre de personnes à abriter dans le cadre du Plan Hiver, je peux vous dire […] qu’il y a 500 personnes que nous savons qu’elles ne seront pas abritées ».

Un nouveau logement pour les réfugiés devrait ouvrir ses portes la semaine prochaine à Haren. Suite à la non-réponse de leur demande de subvention à la Région de Bruxelles-Capitale, Plateforme Citoyenne avait mis en place ce lundi  20 novembre, un crowdfunding sur sa page Facebook pour rassembler 9 500 euros. En un temps record de quatre heures, la somme nécessaire pour l’installation de douche correcte dans cet immeuble a été atteinte et même dépassée, ce qui va permettre l’achat de lits, draps, le transport et téléphones supplémentaires. Cela ne règlera pas la question du parc Maximilien mais permettra au moins à un certain nombre de migrants de dormir au chaud.

Crédit photo : Elise Jeannelle

 

Ecole Universitaire de Journalisme de Bruxelles - ULB © 2020