« Ici on (ne) parle (plus) flamand »

30-11-2017   Magazine

Les élèves dont la langue n’est pas le flamand ne sont pas autorisés à parler leur langue maternelle à l’école, ainsi le veut la tradition en Flandres. Go !, le réseaux d’enseignement flamand est décidé à casser ce code pour le bien-être des enfants allophones.

Selon une étude scientifique menée à la demande du gouvernement flamand, empêcher les enfants de s ‘exprimer dans leur langue serait contreproductif. L’étude stipule même qu’un enfant qui a le droit d’utiliser sa langue maternelle aurait d’avantage confiance en lui . Le réseau recommande aux directeurs de laisser les enfants avoir recours à leur langues en classe ou en récréation.

Cette décision émane d’un constat : il y a de plus en plus d’enfants allophones dans les écoles flamandes.

Flandres
Infogram

 

Si cette approche est déjà monnaie courante dans le sud du pays, elle fait débat en Flandres. Le député flamand Koen Daniëls (N-VA) estime que « ce serait très complexe à mettre en place ».

Zuhal Demir et Theo Francken, les secrétaires d’Etat fédéraux N-VA, n’ont pas manqués de faire part de leur désaccord sur Twitter.

*Traduction : « Le néerlandais nous unie tous.  Il doit être notre priotié. Aucune ségrégation par langue maternelle. Augmenter les chances du néerlandais. Voilà ce que je dis. Bizarre qu’on le voie comme une polarisation….

 

En Belgique francophone les écoles jouissent d’une plus grande autonomie pédagogique. La plupart des écoles permettent l’utilisation des langues maternelles mais ce n’est pas le cas pour toutes. A l’athénée des Pagodes, une école francophone de Bruxelles, le règlement est clair : les élèves n’ont pas le droit de parler une autre langue que le français sauf pendant les cours de langues modernes. Jeroen Valkenier est professeur de néerlandais, selon lui « un élève qui a le droit de parler sa langue maternelle se sentira plus à son aise mais il faut éviter que cette diversité nuise à la cohésion dans l’école. »

La ministre flamande de l’Enseignement Hilde Crevits (CD&V) a déclaré que le néerlandais resterais la langue de l’instruction, mais considère cette approche du multilinguisme comme une « bonne chose ». Cependant la recommandation de Go ! n’as pas valeur de loi, les écoles flamandes pourront encore appliquer leur politique à ce sujet.

 

Crédits photo : Creative Commons CC0.

Ecole Universitaire de Journalisme de Bruxelles - ULB © 2020