Laurent Dennemont : Manger durable à Bruxelles, c’est possible

01-12-2016   Magazine

Laurent Dennemont, coordinateur de ReFresh.
Crédit : Charlotte Boccart

Produire une alimentation saine et durable est une problématique qui touche de plus en plus de monde. Entre le bio, l’agriculture durable et la culture locale, on ne sait pas toujours où donner de la tête. De plus, ces produits sont généralement assez chers et ne sont donc pas à la portée de tous. ReFresh a voulu changer cela.

Il est 9h et un grand soleil rayonne dans le ciel. Laurent Dennemont est assis, un thé à la main et me parle avec passion de ses activités ainsi que de la cantine éco-responsable ReFresh, dont il est le coordinateur. Mais avant d’en arriver là, son parcours a commencé en France, dans une école de management sportif. Après ces études et par souci d’idéologie, Laurent prend une direction à 360° et décide de se reconvertir dans la consommation responsable en devenant éco-conseiller et maitre compostier. Vient alors ReFresh. Il y a un an, ce projet, lui tape dans l’œil et décide de s’y investir.

 

Eco-responsable de A à Z

ReFresh est une cantine éco-responsable qui souhaite se développer dans 3 pôles différents. Le premier est évidemment celui de l’alimentation durable. Tous les plats servis sont réalisés à base de produits issus de l’agriculture bruxelloise ou belge, tout en respectant Dame-Nature et en utilisant les produits de saison. En plus de cela, ReFresh souhaite rendre l’alimentation responsable accessible à tous en produisant des plats sains et à bas prix. Le deuxième pôle est celui de la dynamique citoyenne en mettant à disposition son verger, à l’arrière du restaurant, pour les habitants du quartier. L’établissement possède également des poules et un composte, ce qui permet à l’établissement de réduire au maximum sa quantité de déchets organiques.

La nature et aussi l’humain

Le dernier pôle est celui de l’insertion sociale. L’établissement est composé de 7 personnes dont 5 sont issus de l’ « article 60 ». Ces personnes n’ont plus droit au chômage et sont dépendantes du CPAS. En prestant des heures de travail chez ReFresh, ces personnes pourront de nouveau avoir accès au chômage d’ici quelques années. Au-delà d’une action sociale, c’est aussi une aventure humaine qui permet à ces personnes de reprendre goût au travail, mais également de s’invertir dans un projet de développement durable.

« Nous voulons prouver que, même en ayant une approche sociale, nous sommes capables de dégager un chiffre d’affaires intéressant qui nous permettra de développer le projet. » Laurent Dennemont

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Ecole Universitaire de Journalisme de Bruxelles - ULB © 2020