« Almata » : une épicerie bio et sans déchets

20-10-2016   Magazine
En Belgique, 550 kg de déchets sont produits chaque année par habitant, s’ajoutent à cela 3500 kg de déchets industriels par personne. Benoit, responsable au magasin bio « Almata », nous montre qu’il est possible de réduire cette consommation. C’est à Saint-Gilles que se trouve l’enseigne de la petite épicerie où travaille Benoit, c’est un coin discret mais la devanture colorée se démarque.

Le projet Almata c’est avant tout le bio sous toutes ses formes, des produits alimentaires évidement, mais aussi un large éventail de produits du quotidien, tel que du savon ou des huiles essentielles. La majorité des articles proposés par le magasin proviennent de petits distributeurs, c’est un moyen d’encourager le commerce local mais cela permet aussi de promouvoir des produits originaux, inconnus du grand public. L’un des objectifs du magasin est de responsabiliser les consommateurs au problème de la réduction des déchets. Les clients sont par exemple invités à prendre avec eux leurs récipients afin d’acheter les aliments sur place. Plusieurs produits sont donc disponibles « en vrac » tel que du riz, pates, graines, huiles, vinaigres ou encore du vin. « Proposer des produits disponible en vrac permet de réduire les emballages, mais cela permet aussi d’éviter au client de prendre plus que nécessaire, c’est un moyen d’éviter le gaspillage » nous dit Benoit

Almata organise aussi régulièrement des ateliers pour discuter des différentes solutions possibles pour réduire nos déchets quotidiens. Ces ateliers sont la plupart du temps réalisés par des habitués de l’enseigne, soucieux de transmettre leurs savoirs mais aussi de créer une discution qui vise à élaborer de nouveaux projets. « Nos clients sont des personnes qui souhaitent des produits bio de qualité, mais ils sont aussi pour la plupart engagés écologiquement, ils sont conscients des problèmes liés a la surconsommation. Ils ne viennent pas ici par hasard » explique Benoit.

img_0318

Le concept du zéro déchet s’applique même dans la logistique générale du magasin, ici les approvisionnements entre le dépot et le magasin se font en vélo, afin de réduire au maximum l’émission de gaz à effet de serre. « Il est important pour nous de montrer l’exemple, le transport à vélo est donc pour nous un moyen idéal, c’est très pratique et souvent plus rapide que la voiture » raconte Benoit

Ecole Universitaire de Journalisme de Bruxelles - ULB © 2020