Scooty : passez au vert !

01-12-2016   Magazine

25 scooters sont pour l’instant disponibles dans une partie limitée de la capitale, mais l’intégralité de l’agglomération bruxelloise devrait être couverte d’ici 2018.

© Clément Tiberghien

 

Trois amis d’enfance : Jan Albrecht, Michiel Jost et Bram Vandeperre ont réalisé un rêve il y a un mois et demi. Ce rêve, c’est celui d’avoir réussi à conjuguer praticité et écologie en créant une entreprise de location de scooters électriques à Bruxelles. Ils proposent ainsi un projet de mobilité créant une alternative éco-responsable au transport en voiture.

 

_dsc2110

Bram Vandeperre n’aspirait qu’à quitter son entreprise d’investissement et le monde de la finance en général. Entrainant deux amis de toujours avec lui : Jan Albrecht et Michiel Jost, anciens avocats, ils ont ensemble muri un projet éco-responsable pendant un an. Ce projet consiste en la création d’une entreprise de location de scooters électriques, avant d’évoluer vers une offre multi-supports comme les segways par exemple. « Si on crée une entreprise de façon plus écologique, ce n’est pas dans le but de gagner un maximum d’argent, c’est un profit responsable » explique Bram Vandeperre.

 

 

 

 

 

Bram Vandeperre, un des fondateurs de Scooty

© Clément Tiberghien

 

Une solution éco-responsable au trafic bruxellois

Du haut de ses 29 ans, le jeune entrepreneur a des idées plein la tête. Il est passé par les Etats-Unis, les Nations Unies et donne même en parallèle des cours d’entreprenariat en Afrique du sud. Il est de ceux qui n’arrêtent jamais. Avec ses deux amis, il fait un constat simple : Bruxelles est vallonnée et la circulation y est invivable. Bien sûr les « Villo ! » existent, mais les stations de location sont toujours pleines en bas des pentes et peu de courageux grimpent les côtes en pédalant. « On ne veut pas entrer en compétition avec qui que ce soit, mais donner une alternative aux gens qui en on marre des embouteillages et veulent une solution écologique » précise Bram Vandeperre. 25 scooters sont pour l’instant disponibles dans une partie limitée de la capitale, mais l’intégralité de l’agglomération bruxelloise devrait être couverte d’ici 2018.

Scooty, le scooter à partager, arrive à Bruxelles

Une proximité dans tous les domaines

S’il est une chose dont Bram Vandeperre est fier, c’est qu’à part les batteries qui sont japonaises, le scooter est entièrement construit en Europe. « La base du scooter est espagnole, tout ce qui est logiciel est allemand et les serveurs sont danois ! » explique-t-il. La particularité de ce scooter est, en effet, l’application qui l’accompagne. Celle-ci permet de voir où est le scooter le plus proche, qu’elle est sa batterie restante, de le démarrer et même d’allumer les phares !

Des scooters électriques partagés bientôt en libre-service à Bruxelles

« Le trajet journalier moyen lorsque l’on a une voiture à Bruxelles est de trois heures, cela fait perdre un temps fou et ruine l’environnement » affirme Bram Vandeperre. « On essaie d’encourager les gens à ne pas prendre leur voiture, surtout pour de petits trajets, on propose une solution plus verte ! ». Bram Vandeperre incarne donc l’image d’une génération qui va de l’avant, pleine d’idées et de volonté de proposer des solutions plus respectueuses de l’environnement à un monde qui en a tant besoin.

Ecole Universitaire de Journalisme de Bruxelles - ULB © 2020